Retour au sommaire des actualités / Blog

Incepto|Prospectives

Maxence Wallaert

Nous avons franchi un cap en dépassant la limite du bruit qui était le seul frein dans l’écriture d’une séquence de radiologie

Eric Lévêque, cadre manipulateur IRM de la clinique du sport (Paris 5ème)

PH Guillaume Herpe, responsable de l’unité d’imagerie des urgences au CHU de Poitiers

 

  • Quelle est votre pratique de la radiologie au quotidien ?

 

Dr. Guillaume Herpe : Praticien hospitalier au sein du service d’imagerie du CHU de Poitiers, membre du laboratoire I3M CNRS UMR 7348, je travaille notamment en imagerie des urgences en tant que radiologue et pratique en moyenne une quinzaine d’IRM par jour, souvent dans des cas de traumatisme et sur les zones sensibles comme celles du crâne et du rachis. Je connais l’IA depuis plusieurs années maintenant et l’utilise déjà dans mon exercice quotidien.

 

Eric Lévêque : Je suis cadre manipulateur radio de la Clinique du Sport à Paris depuis trente ans et je fais exclusivement des IRM depuis 1987, j’ai donc eu la chance de voir ce métier évoluer dans sa pratique et ses résultats. Au sein de cette spécialité, je suis plus spécialisé dans l’imagerie ostéo-articulaire avec beaucoup de traumatologie du sport du fait de la spécialisation de mon établissement. Nous pratiquons environ 35 IRM par jour en abordant des problématiques d’imagerie du sport sur des sportifs de haut niveau mais aussi des gens actifs, qui font du ski par exemple, ou d’autres sports. Nous travaillons avec des médecins prescripteurs comme des médecins du sport, rhumatologues et orthopédistes. 

 

  • Pourquoi avez-vous choisi de tester cette solution d’iA ? Est-ce que vous l’utilisez sur 100% des examens ? 

 

Eric Lévêque : J’ai conscience que l’IA peut changer beaucoup de choses dans notre métier. Il y a deux façons d’appréhender cette révolution : l’IA de diagnostic et l’IA d’image. C’est cette deuxième approche qui m’intéresse, à condition bien entendu que les données reçues soient objectives et non biaisées : c’est pourquoi je me suis penché sur le sujet dès que j’ai pu, pour essayer de comprendre les tenants et aboutissants de ces nouveaux produits. SubtleMR a été la première IA de ce type que nous avons utilisée : nous l’avons appréhendé comme une arme supplémentaire dans la rapidité d’exécution et la qualité qu’elle octroyait. Un bénéfice qui perdure puisque nous avons changé de machine dernièrement et SubtleMR, qui se positionne sur toutes les séquences, est toujours compatible et cumulable avec l’IA constructeur et apporte une performance encore supérieure avec un temps remarquable. Nous nous devons d’avoir les meilleurs images compte tenu de notre réputation et l’IA nous y aide. 

 

GH : Je travaille déjà depuis plusieurs années avec d’autres solutions d’IA, dans l’aide au diagnostic principalement jusque-là. Depuis trois mois, nous avons déployé SubtleMR, solution d’IA en reconstruction d’image, avec l’ambition d’accélérer l’acquisition des images afin de réduire, entre autres, les artefacts cinétiques. Nous utilisons SubtleMR sur des indications spécifiques et notamment sur les céphalées, les démences, la neuro-oncologie et sur les rachis tumoraux ou lombalgies.  L’avantage de SubtleMR dans notre métier est qu’il nous permet d’examiner plusieurs zones anatomiques plus rapidement. Or, notre principal objectif est d’être exhaustif quand nous recevons un patient aux urgences afin de parer au plus grave et urgent.

 

  • Comment s’est passé la prise en main de SubtleMR ? Aviez-vous des réticences ? 

 

EL : Dans les premiers essais que nous avons effectués, nous avons eu peur que le temps de travail se rallonge dans notre pratique quotidienne à cause de cette IA. Cela a été réglé très rapidement dans la pratique et pour le coup, ce seul frein psychologique s’est tout de suite levé. Une fois la façon dont on voulait travailler mise en place, l’usage de cette appli est simple, avec un seul clic à faire. Or, notre principale exigence est que nous ayons le moins de manoeuvres à faire du côté des manipulateurs. Par ailleurs, Incepto nous a aidé à mettre en valeur visuellement le chiffrage sur chaque séquence pour que nous les repérions rapidement. Les équipes ont été hyper réactives en réponse à mes demandes très spécifiques et nos exigences de qualité.

 

GH : Nos équipes n’avaient pas d’a priori négatif sur l’IA en général ou sur SubtleMR. Cette solution a fait l’objet de publications scientifiques et de validations cliniques. Les équipes d’Incepto ont travaillé directement avec la DSI du CHU, ce qui a permis une prise en main facile et rapide sans que nous, radiologues, ne soyons perturbés dans notre travail. Toutefois, il faut se construire une courbe de confiance pour utiliser cette appli. En effet, j’ai dû m’assurer au fil du temps que la reconstruction avec des signaux particuliers était fiable, ce qui a été le cas mais qui m’a demandé un certain temps car je voulais être certain que ce que je voyais correspondait pleinement à la réalité. Comme pour mes équipes, ces réticences naturelles ont vite été apaisées avec une pratique quotidienne de l’appli.

 

  • Quel est le bénéfice de cette solution pour le patient et pour les équipes médicales ?

 

GH : Pour nous, c’est un réel gain de temps qui nous permet de finaliser plus vite nos vacations et d’avoir un plus grand confort de travail. Mais avant tout, l’utilisation de cette IA me permet d’explorer plusieurs zones en même temps. Auparavant, par exemple, j’examinais en 3 min 50 s un rachis lombaire. Maintenant, je peux explorer toute la colonne en 3 min 50 s. Cette exhaustivité est précieuse si on veut établir des diagnostic rapides et complets. De leur côté, les patients bénéficient d’examens plus courts, ce qui est vraiment déterminant quand ils sont très douloureux en position allongée par exemple.

 

EL : En IRM soit on cherche à aller vite mais au détriment du qualitatif ; soit on veut gagner en qualité mais on travaille plus lentement. Avec l’IA, s’ouvre une troisième voie : nous nous situons à l’intersection des deux car cela nous permet d’avoir une qualité de résolution spatiale performante avec des temps de séquences compatibles avec notre charge de travail quotidienne. Avec l’IA, on peut aller vite mais c’est un choix de service selon la façon dont veulent travailler les radiologues. Nous, nous avons décidé de rester dans notre rythme mais d’améliorer la qualité d’image. Côté patient, les diagnostics sont forcément améliorés avec l’ajout de séquence supplémentaires ajoutés à nos protocoles.

  • Pensez-vous que ces solutions fondées sur l’IA vont devenir indispensables ? Quelles tendances voyez-vous autour de l’IA ? 

 

EL : L’IA pour la qualité d’image nous donne une valeur ajoutée incontestable. Elle nous permet d’être plus à l’aise, nous donnant la possibilité d’accélérer facilement. L’IA nous ouvre des horizons dont on ne voit pas la fin. C’est lié aux nouvelles technologies, en progression constante. Moi qui ai observé l’accélération des trente dernières années, je vois que nous avons franchi un cap en dépassant la limite du bruit qui était le seul frein dans l’écriture d’une séquence de radiologie. La performance de l’IA dépendra de sa rapidité. Le couple humain-IA va perdurer dans le temps à mon sens. 

GH : Les IA d’image vont être indispensables à l’avenir : on observe déjà une tendance lourde en ce sens. Accélérer l’acquisition des séquences d’IRM va dans le sens de l’Histoire et je ne suis pas étonné de voir de nouveaux produits apparaître pour gagner en efficacité. Toutefois, il y a un temps qui restera toujours incompressible et qui nous conduira à d’autres développements. Pour paraphraser un chercheur spécialiste de ces questions, Eric Topol : le grand bénéfice de l’IA ne sera pas de guérir le cancer ou de réduire les erreurs mais de redonner du temps pour la relation médecin – patient.

Le dispositif médical SubtleMR est un produit de santé réglementé qui porte le marquage CE, Classe I. Fabricant: Subtle Medical.
SubtleMR est un outil d’aide au diagnostic et ne peut être utilisé seul pour recommander une prise en charge médicale à des fins de diagnostic. Veuillez lire attentivement les instructions du manuel d’utilisation. Veuillez contacter  pour plus d’informations. Dernière mise à jour : 31/01/2022